Allons plus loin dans le dispositif de tranquillité publique, devenons voisins vigilants et solidaires !

La sécurité est la première des libertés, c’est elle qui nous permet de vivre ensemble dans un Dijon que nous aimons. Pourtant, on le voit bien à la lecture de la presse régulièrement, personne ne peut nier que la bataille de la tranquillité publique à Dijon est encore loin d’être gagnée. Aussi, à quelques jours de la journée internationale du vivre ensemble, nous proposons au Maire de Dijon de compléter le dispositif local de tranquillité publique par une plus grande participation des citoyens. Devenons voisins vigilants et solidaires !

Avec les annonces de l’équipe municipale fin 2020, d’un renforcement d’une trentaine de policiers municipaux, un premier pas vers l’organisation d’une police de proximité a été fait et nous l’avions salué à l’époque. La première adjointe Nathalie Koenders avait pourtant particulièrement attaquée par le passé le coût financier de notre proposition d’augmentation des effectifs (rappel de notre proposition #2 sur DLAE.FR). Ces agents doivent être mieux formés et mieux indemnisés, sans quoi l’attractivité ne sera pas au rendez-vous. La police municipale doit également bénéficier de l’ensemble des outils et équipements nécessaires à la réussite de sa mission du quotidien. A ces annonces locales, s’ajoute la décision du gouvernement, qu’il faut tout autant saluer, de renforcer dès cette année la circonscription de Dijon de 22 policiers nationaux supplémentaires. 

Il s’agit là d’avancées importantes qui produiront avec le temps des effets positifs en matière de tranquillité publique, à condition bien sûr de poursuivre ces efforts de renforcement des effectifs et des collaborations sur la durée.

Pour aller plus loin, fort du constat que la sécurité est l’affaire de toutes et tous, il faudra associer un acteur indispensable du vivre ensemble : le citoyen

C’est pourquoi nous proposons au Maire de Dijon de soutenir le dispositif Voisins Vigilants et solidaires – voisinsvigilants.org. Il permettrait demain de créer des liens privilégiés entre Mairie, police municipale, police nationale et voisins/commerçants vigilants. Les réunions régulières entre eux permettraient de développer une relation de proximité et de confiance. Là où il a lieu, le ministère de l’Intérieur constate une baisse des cambriolages de -40% par an. Si ces voisins vigilants et solidaires veillent sur leur quartier en lien avec la mairie et la police, ils veillent aussi les uns sur les autres et se retrouvent autour de valeurs : partage, entraide, convivialité. C’est établir un climat de confiance et d’écoute pour ne plus se sentir isolé dans son logement.

Parce que la participation citoyenne est dans notre ADN, nous invitons les habitants de Dijon à visiter et s’inscrire sur la plateforme numérique indépendante voisinsvigilants.org. De manière simple et gratuite, pour mieux vivre ensemble, devenons toutes et tous des voisins vigilants et solidaires.

Elections départementales 2021 : Communiqué DLAE

Les élections départementales auront finalement lieu les 20 et 27 juin 2021, après un premier report de mars à juin et un second report d’une semaine. Cela aura pour conséquence une quasi-absence de campagne électorale pendant laquelle pourrait s’exprimer le renouvellement des idées et des personnes. Comme l’indiquait très justement le président de l’Assemblée Nationale, il est à craindre que la seule accoutumance ne l’emporte et accroisse encore la prime au sortant.

Demain, avec tous ceux qui le voudront, nous voulons donner à Dijon sa place de capitale départementale ouverte et non plus refermée sur elle-même. Cela demande un changement des idées et des pratiques ; cela passera par un renouvellement des personnes qui s’enferment aujourd’hui dans une opposition stérile entre la ville de Dijon et le département de la Côte d’Or. Nous y contribuerons en juin avec une ligne claire : responsabilité, rassemblement et loyauté.

RESPONSABILITE : Nous constatons que malgré les mains tendues, les échanges courtois et amicaux, le rassemblement n’est pas possible sur les cantons Dijon 2 et Dijon 3. En responsabilité, afin de faire barrage aux élus sortants de l’opposition départementale et membres de la majorité municipale, nous prenons la décision de ne pas présenter nos candidates et candidats, au profit des candidatures officiellement investies par François Sauvadet, président sortant du Conseil départemental. 

RASSEMBLEMENT : A l’inverse, nous constatons que le rassemblement le plus large est possible sur les cantons Dijon 4 et Dijon 6, offrant ainsi les meilleures chances de victoires. Nous y participerons activement, sur le terrain et au sein même des équipes de titulaires-suppléants. Ces rassemblements permettront de montrer le chemin à suivre pour remettre demain l’humain au cœur de la ville.

LOYAUTE : Nous regrettons les divisions inutiles sur les cantons Dijon 1 et Dijon 5. Nous en appelons à l’esprit de responsabilitéde chacun. Si les divisions devaient se poursuivre jusqu’au bout sur Dijon 1 et Dijon 5, par loyauté, nous soutiendrions alors les binômes constitués en partie par nos anciens colistiers membres de l’UDI.

A travers ces arbitrages nous envoyons un message simple et qu’il faut entendre : personne ne gagnera seul et nous l’assumons pour le bien des Dijonnaises et des Dijonnais.

1er tour des municipales, un an après. Réaction du président de DLAE

Partant des propositions des Dijonnais, j’ai présenté avec mon équipe, à l’occasion des élections municipales 2020, un projet concret, réaliste, pragmatique, proche des citoyens. Nouvelles générations, place et rôle des séniors, changement climatique et transition écologique, lutte contre la délinquance, évolution du travail, place du numérique. Autant de défis qui nécessitaient et nécessitent toujours de nouvelles méthodes, plus transparentes, plus coopératives avec les citoyens et tous les acteurs du territoire. Un projet pour donner à Dijon sa place de capitale régionale forte et bienveillante, une capitale régionale et départementale ouverte et non refermée sur elle-même comme c’est le cas aujourd’hui. Un projet remettant l’humain au cœur des préoccupations, rendant la ville plus verte, plus sûre, plus simple.

Faisant le constat que pour un changement de méthodes, il fallait un changement d’équipe, nous avons su construire à travers l’élection municipale de 2020, et malgré des vents contraires, une première union, fédérant des personnes issues de toutes sensibilités politiques hors extrêmes. Nous avons fait le choix audacieux du renouvellement, avec une tête de liste inconnue du grand public et 93% de nouveaux visages. Nous avons également fait le choix de présenter une liste mettant la jeunesse en avant, avec pas moins de 14 membres ayant moins de 30 ans. Enfin, nous avons assumé une union au centre car nous étions et restons convaincus qu’il n’y a pas de victoire possible sans un rassemblement le plus large possible au centre. Le résultat du second tour des municipales à Dijon en juin 2020 est à ce titre illustratif.

Il y a tout juste un an, jour pour jour, s’achevait le premier tour des élections municipales, dans une période inédite de début de crise sanitaire mondiale. Rassemblant près de 9% des suffrages, le programme et la liste que j’ai eu l’honneur de conduire sont arrivés 4e. Une déception légitime qui n’a en rien fragilisé notre ambition collective pour remettre demain l’humain au cœur de la ville.

Un an s’est passé depuis notre participation à l’élection municipale. Pourtant nos propositions et les changements de méthodes que nous appelions de nos vœux restent plus que jamais d’actualité. Je constate par exemple que malgré la situation de crise sanitaire et économique que nous vivons, chaque groupe municipal, majorité ou oppositions, reste figé sur ses positions, souvent dogmatiques et tournées vers la prochaine élection. Il en va de même des relations souvent tendues entre Dijon et le Département, entre Dijon et le Gouvernement. Autant d’éléments qui m’encouragent, avec d’autres, à poursuivre sans relâche le travail de rassemblement le plus large possible au centre.

COMMERCES DE PROXIMITE – Nos propositions en matière de digitilisation

A M. FRANCOIS REBSAMEN – MAIRE DE DIJON -PRESIDENT DE DIJON METROPOLE

Dijon, le 2 novembre 2020

Monsieur le Maire,

D’une part nous devons poursuivre la lutte collective contre la pandémie COVID-19, d’autre part nous devons défendre nos commerces de proximité. Face à des enseignes en ligne comme Amazon, la fermeture décidée par le gouvernement des rayons non alimentaires dans les hypermarchés n’aura pas d’impact. Pire, cette mesure risque d’accélérer le phénomène d’achat en ligne.

Soutenir ses commerçants c’est mettre en place des solutions concrètes pour permettre en particulier aux commerces de proximité de pouvoir continuer à vendre leurs produits. Des solutions simples et efficaces existent.

Une plateforme comme « https://Faire-Mes-Courses.fr » est une des réponses possibles, simple et gratuite. Cette plateforme solidaire a été conçue par des bénévoles avec l’aide de commerçants et producteurs motivés.

La ville de Dijon peut avoir un rôle essentiel dans la mise en place d’une stratégie locale « E-boutiques » permettant à nos commerces de proximité d’organiser un « click&collect » optimisé. Pour cela, il faut éviter une dispersion des commerçants entre les différentes plateformes en ligne. Dans le dialogue entre commerçants et élus de notre ville, une plateforme pourrait être désignée comme privilégiée. La ville pourrait alors accompagner ses commerçants pour qu’ils soient les plus nombreux possibles à participer à cette plateforme. Afin de booster l’utilisation par les habitants de notre ville, une grande campagne de communication (web, réseaux sociaux, lettres d’info, Dijon notre ville, affiches A1, etc.) pourrait être lancée pour soutenir nos commerces de proximité, notamment à l’approche de cette fin d’année. Cela peut aller vite si nous allons tous dans le même sens et sommes solidaires !

Face à la COVID-19, mais également à la concurrence féroce de plateformes comme AMAZON, nous devons réagir et accompagner la numérisation de nos commerces de proximité.

Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l’assurance de mes cordiales salutations.

Sylvain COMPAROT – Président DLAE

Réactions de DLAE à la présentation de l’Acte 2 de la Tranquillité publique par le Maire de Dijon

Les atteintes à la sécurité sont croissantes à Dijon et désormais personne ne le nie plus. 

La sécurité est la première des libertés pour un habitant : sans sécurité, on ne peut rien faire. C’est pourquoi nous avions fait d’une ville « plus sûre » un des 3 axes de notre programme pour remettre l’humain au cœur de la ville.

Nous défendons l’idée que la ville a un rôle, aux côtés des instances nationales, pour organiser la sécurité de proximité, mais aussi le dialogue et la médiation au sein des quartiers. C’est pour cela que nous appelions dans notre programme pour les municipales 2020 à renforcer les services de police municipale pour qu’il y ait au moins 2 policiers municipaux, 24h/24, dans chaque quartier. Cette proposition avait été particulièrement attaquée par l’exécutif municipal pour son coût financier.

Pourtant, avec les annonces de renforcement d’une trentaine de policiers municipaux, un premier pas dans ce sens vient d’être fait et nous le saluons.

Ces policiers doivent être mieux formés et mieux indemnisés, sans quoi l’attractivité ne sera pas au rendez-vous alors que tant de villes recrutent actuellement. Les policiers municipaux doivent devenir les médiateurs de chaque quartier et recevoir ainsi pour mission de prévenir la violence, afin de recréer le lien de confiance entre les habitants et la police. Cela ne pourra pas se faire sans un partenariat réel et contractualisé entre les services de l’Etat et l’exécutif municipal, en lien avec les acteurs de proximité (commerçants et associations).

La police municipale doit bénéficier de l’ensemble des outils et équipements nécessaires à la réussite de sa mission du quotidien. Si dans l’échange et le dialogue avec ses membres, il apparaît nécessaire de les équiper d’un armement létal, cela doit se faire dans le souci d’apporter la meilleure réponse possible. Aussi, nous espérons qu’il s’agit pas là d’une mesure « symbolique » devant servir à faire oublier l’échec de l’acte I de la tranquillité publique lancé en 2015 par l’actuelle majorité municipale.

La liberté est garantie par la sécurité, c’est elle qui nous permet de vivre plus sereinement dans un Dijon que nous aimons. C’est pourquoi elle est l’affaire de tous. C’est à partir de ce constat que nous souhaitons voir se développer des dispositifs du type « Voisins et Commerçants Vigilants ». En France, un cambriolage se produit toutes les 90 secondes. Ce type de dispositif complémentaire est la réponse la plus efficace face à cette délinquance intolérable. Là où il a lieu, le ministère de l’Intérieur constate une baisse des cambriolages de -40% par an. Fondé sur la solidarité, le partage et la bienveillance des uns envers les autres, il s’agit d’un réseau social de voisinage qui permet de lutter contre les cambriolages en recréant du lien social avec ses voisins. 

Par ailleurs, si nous voulons mettre fin aux délinquances du quotidien (trafics, incivilités, dégradations et violences) subis par nos concitoyens à différents endroits de la ville, nous devons concentrer les moyens par le développement systématique de Groupes locaux de traitement de la délinquance (GLTD). Ils se caractérisent « par un partenariat intensifié, les partenaires les composant (services judiciaires, de la police nationale, municipaux, services sociaux, etc) échangeant des informations et déterminant des stratégies spécifiques ». 

Enfin, une ville plus sûre, ce n’est pas que de la sécurité, c’est aussi l’éducation à la citoyenneté. Le Conseil municipal des enfants est un merveilleux moyen d’éduquer les jeunes à la citoyenneté. Il faut le renforcer. Nous proposons également un programme ouvert à tous visant à renforcer le lien de confiance entre les habitants et les institutions. Ce programme, construit en lien avec les associations locales, pourrait mixer ateliers de sensibilisation, activités intergénérationnelles et visites des services publics de la ville. Car être citoyen, c’est connaître les règles pour savoir vivre dans sa ville dans le respect de son environnement et de ses concitoyens.

Une ville plus sûre et plus simple pour nos ainés, tournée vers l’intergénérationnel

A l’occasion de la semaine bleue, le mouvement Dijon l’Avenir Ensemble (DLAE) rappelle quelques-unes de ses propositions concrètes pour remettre nos aînés au cœur de la ville.

Une ville plus sûre pour nos aînés, c’est repenser l’espace public pour le rendre plus sûr. 

C’est ainsi penser Dijon et son mobilier urbain pour les adapter aux problématiques des personnes âgées.

Pour répondre aux besoins de proximité et de services de nos aînés, nous proposons d’ouvrir des mairies annexes dans chaque quartier afin de faciliter toutes les démarches administratives. Il faut également rendre possible pour les personnes moins mobiles d’effectuer leurs formalités administratives à domicile.

Pour lutter contre l’insécurité et renforcer la médiation au quotidien, une police municipale de proximité devrait être installée dans les 9 quartiers de Dijon. Pour être efficace, elle devrait être composée en permanence d’au minimum 2 agents et présente 24h sur 24.

Une ville plus simple, c’est une place pour chacun. 

Ainsi, nous proposons de recréer dans nos quartiers une proximité et un lien entre les générations en permettant à tous de se retrouver et de s’entraider par le biais de lieux intergénérationnels (restaurants ou résidences) où toutes les générations se côtoient, échangent et vivent ensemble pour le plus grand profit de chacun. C’est une façon concrète, par exemple, de proposer des logements à des étudiants en situation de précarité, en échange de leur compagnie et de leur temps, et d’offrir à nos aînés une présence au quotidien.

Enfin, nous l’avons rappelé durant la campagne des municipales, la lutte contre la solitude est un de nos combats. Pour renouer le contact et apporter les bienfaits d’une présence, des associations pourraient mettre à disposition de nos aînés un animal de compagnie, géré avec leur accord par l’association. Cela permettrait à nos aînés de profiter avec lui de tous les bons moments, en minimisant les contraintes.

Si comme nous, vous pensez que les citoyens doivent être acteurs de leur futur et non spectateurs, alors rejoignez nous : www.dlae.fr/adherer

POUR DIJON devient DLAE !

L’association citoyenne POUR DIJON devient Dijon l’Avenir Ensemble (DLAE), un mouvement politique local, situé au centre de l’échiquier républicain

Quelles suites pour la démarche citoyenne PourDijon débutée en août 2018 et qui a vu l’association participer aux élections municipales 2020 comme un partenaire d’une union locale ?

Après un temps propice à la réflexion et aux échanges, l’équipe de direction de PourDijon a proposé à ses adhérents de poursuivre l’engagement pris en mars auprès des Dijonnais. Demain se prépare dès aujourd’hui.

Pour cela, il était utile de donner plus de lisibilité à l’action future de l’association. Aussi, il a été proposé aux membres de l’association de se prononcer par vote entre le 2 et le 10 septembre sur une évolution importante des statuts, en particulier du nom et de l’objet de l’association.

Un nouveau nom dans la continuité des élections municipales : Dijon l’Avenir Ensemble.

Un objet plus lisible sur le positionnement politique de l’association : DLAE est un mouvement politique local, situé au centre de l’échiquier républicain, prenant la forme d’une association politique, républicaine, laïque, progressiste et solidaire, constituée pour rassembler toutes les citoyennes et tous les citoyens qui souhaitent travailler ensemble de manière pragmatique pour l’intérêt général du territoire dijonnais.

Une devise : « La mixité des idées comme une force ».

Avec 85,1% des voix, les nouveaux statuts ont été adoptés et immédiatement mis en œuvre par la constitution d’un nouveau Comité Directeur et d’un nouveau Bureau présidé par Sylvain Comparot.

COMITE DIRECTEUR BUREAU 
Sylvain COMPAROT 
Fanny CHENUT 
Julien HARSON
Bérénice VINCENT
Bruno-Louis SEGUIN
Irène FORNAL
Jean-Claude DECOMBARD
Marie PETIT
Maxime COURTALON
Laurent GERARDIN
Germain RICHEBOIS 
 Président : Sylvain COMPAROT
Secrétaire Générale : Fanny CHENUT
Trésorier : Julien HARSON
VP Projet-laboratoire des idées : Bruno Louis SEGUIN
VP adjointe Projet-laboratoire des idées : Bérénice VINCENT
VP Territoires : Irène FORNAL
VP Mobilisation : Maxime COURTALON
VP adjoint mobilisation : Laurent GERARDIN

Avec cette évolution importante, chaque adhérent(e) a pu choisir de rester adhérent, quitter l’association ou bien encore devenir un sympathisant. 74,3% ont souhaité rester adhérents, 20,3% resteront sympathisants, seulement 5,4% ont souhaité quitter l’association. A ce jour, DLAE revendique ainsi plus de 200 adhérents sur Dijon et Dijon métropole.

Si nous avons ensemble créé entre 2018 et 2019 un projet pour Dijon à l’image de ses habitants, les années à venir, notamment à l’occasion des prochaines échéances électorales de 2021, seront là pour faire la promotion de nos propositions concrètes issues de ce projet remettant l’humain au coeur de notre territoire. Nous le ferons avec celles et ceux qui partagent nos valeurs et notre vision d’un territoire qui voit la collaboration avec les citoyens, avec les entreprises, avec le département, Dole, Beaune, comme une force et une richesse. 

Nous invitons avec enthousiasme toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans nos valeurs et notre approche locale à nous rejoindre en se rendant sur notre site web www.dlae.fr